Madagas’ Car

Des cosmétiques responsables et made in France.

Je suis devenue addict de cette marque de cosmétiques qui me convient parfaitement ! Surtout quand j’ai découvert toute l’éthique qui était derrière.

Quel est ton parcours ?  

Je suis née en Afrique, au Gabon, et j’y ai vécu pendant dix-sept ans. Mon père travaillait dans l’import-export. Je viens d’une famille d’entrepreneurs qui aime beaucoup voyager et mes parents m’ont transmis cette passion.

Je suis rentrée en France pour faire mes études à partir du lycée.

J’ai décidé de retourner en Afrique, car le continent me manquait et j’ai créé ma première société, au Congo. Comme là-bas il n’y avait pas de structure pour les enfants avant le CP, j’ai créé des ateliers artistiques pour les occuper ! Finalement, j’ai fini avec une amie dans une villa de trois cents mètres carrés, avec quarante enfants à gérer.

Puis, je suis retournée sur Paris en 2006. J’ai trouvé du travail dans le nucléaire. C’était une startup et j’ai appris énormément de choses, j’ai touché à tout pendant ces sept années. Aujourd’hui, tout cela me sert sur plein de niveaux.

 

Capture d’écran 2018-11-22 à 17.44.59.png

Comment passes-tu du nucléaire à la préservation de la nature ?

Après une grossesse très compliquée et une longue rééducation, je voyais que tous les médicaments que je prenais pour aller mieux, ne m’aidaient en fait pas du tout. Je constatais peu d’améliorations. Je ne pouvais toujours pas remarcher normalement ni porter mon bébé.

Ma mère, qui est malgache et tournée vers tout ce qui est naturel, m’a proposé de rentrer à Madagascar pour me faire soigner. Pendant un mois, une femme m’a massée tous les matins avec une huile qu’elle avait elle-même fabriqué. Et un jour, j’ai réussi à faire des gestes que je ne savais plus faire…

Là, je me suis posée plein de questions. Je ne prenais plus aucun médicament et ça s’améliorait ! Cette dame n’utilisait que des produits naturels sur moi. Le déclic est arrivé à ce moment-là.

 

Capture d’écran 2018-11-22 à 21.07.25.png

Incroyable ! Comment s’est passée ta reconversion vers le cosmétique ? 

Je m’étais habituée à la France, où tu achètes tes produits déjà tout faits et où tu consommes sans te poser plus de question..

Lorsque cette femme m’a amenée dans la forêt et m’a montré tout ce qu’elle utilisait pour faire ses huiles, avec comme seule base la nature, j’ai pris conscience que je m’étais éloignée de ce qui était au fond de moi et de mes valeurs. Ça me donne encore des frissons quand j’y repense…

Ici, on vit une vie à deux cents à l’heure, entre la pollution et le béton… On en oublie d’où l’on vient et notre attachement à la nature.

Je me suis revue avec toutes ces quantités de médicaments et pommades que l’on m’avait donnés pour aller mieux. Aussi, quand mon fils est né en France, j’étais ahurie de tous les cosmétiques qui étaient donnés à un bébé. La peau d’un bébé est neuve, elle vient de se faire et on l’abîme. J’ai compris après que c’était pire que tout.

Dans cette forêt, j’ai réalisé que c’était ça que je voulais faire maintenant. Je ne pouvais plus bosser dans le nucléaire, ça n’allait plus avec mes valeurs. Alors, j’ai quitté le monde du nucléaire. C’était fin 2014.

Capture d’écran 2018-11-22 à 21.09.19.png

J’imagine que cette aventure a été un long processus ! Combien de temps il t’a fallu pour pouvoir te lancer ?  

En premier il fallait que je trouve des producteurs qui acceptent de travailler avec mes exigences et ce n’était pas si simple… Je suis métisse et ne parle pas le malgache. C’était très dur mais j’ai réussi !

Il a fallu aborder certains points en détail, notamment : est-ce que le terrain était exposé aux cyclones ou pas ? Depuis combien de temps le sol était-il cultivé ? Comment exploiter au mieux les plantes pour la production ? etc. Tous mes critères étaient tournés vers le moins de pollution possible.

Ensuite, en France, trouver un laboratoire partenaire a été plus simple. Idem sur toute la chaîne de conception produit Made In France, qui s’est faite en une année.

J’oublie toutes les formations que j’ai pu faire pour lancer ce projet !!! Il y en a eu tellement !!! Cosmétiques naturels, aromathérapie, création d’entreprise, etc…

Capture d’écran 2018-11-22 à 17.45.34.png



Racontes nous un peu Madagascar.

Nous sommes l’île la plus riche au monde, comme un trésor sur cette planète j’ai envie de dire. Le seul endroit sur Terre où l’on trouve des lémuriens et où la flore et la faune sont d’une richesse incomparable.

Souvent, on dit que c’est un pays pauvre et qu’ils n’y arriveront jamais. La misère et la corruption existent, oui. Mais moi j’ai envie de regarder autre chose. Et ce que je vois c’est une richesse énorme qu’il faut sauver !

Madagascar c’est le pouvoir des plantes. Je veux me battre pour cela et participer au reboisement de cette terre. La Terre de mes ancêtres ! Et aussi pour donner un avenir VERT à la nouvelle génération !

Capture d’écran 2018-11-22 à 17.46.30.png
Capture d’écran 2018-11-22 à 17.45.17.png
Capture d’écran 2018-11-22 à 17.44.36.png


Tu sembles très tournée vers l’écologie. Quels sont tes engagements sur ce plan ?

Je travaille avec une société partenaire qui a plusieurs terrains dans le nord et le sud de l’ile.

Pour un produit Madagas’Care acheté, c’est un arbre planté à Madagascar. De janvier 2017 à janvier 2018, grâce à mes ventes, mille arbres ont été plantés. Pour cette année, mon objectif est d’atteindre les deux milles. J’y crois !

Les arbres que j’ai plantés sont des acacias car ils vont fortifier, solidifier le sol. C’est l’arbre parfait pour rendre un sol fertile et qui se régénère. Cela permettra ensuite à d’autres plantes de pousser. Les arbres grandissent à leur rythme dans une pépinière et ils sont ensuite plantés au bon moment.

Aussi, j’utilise du miel pour mes produits et je suis en train de créer tout un projet pour faire que ce miel vienne de ma forêt. Cela va créer de l’emploi et c’est toute une structure à mettre en place.

Cinq pour cent de mon chiffre d’affaire est reversé aux arbres ainsi qu’à une association qui construit des écoles dans des villages qui n'en ont plus. La première école est bientôt finalisée. Nous allons, entre autres, leur enseigner comment cultiver correctement et ne pas reproduire certaines erreurs qui existent !

En fait je “prends” à Madagascar pour lui rendre ensuite.

 

Les arbres plantés grâce à Madagas”Care.

Les arbres plantés grâce à Madagas”Care.

Quel est ton rapport avec le made in France ?

Je suis franco-malgache. La marque est donc à mon image : les plantes viennent de Madagascar et tout est conçu, formulé, fabriqué, packagé en France.

Le made in France pour moi c’est important car ce sont aussi mes origines. La cosmétique française, pour moi, est la meilleure au monde. Tout le monde se l’arrache et ce n’est pas pour rien. Il y a tout un savoir-faire, des normes et surtout une réglementation stricte. Tout cela est important car la cosmétique touche à notre santé.

 

Que retrouve-t-on comme produits chez toi ?

Pour cette première gamme Madagas’Care, je suis partie sur des basiques de soins visage et corps : un nettoyant, deux soins visage aux actifs anti-âge et deux hydratants corps (une huile sèche et un lait corporel).

Et puis, c’est vrai qu’il y en a un de trop (rit) : en fait, j’ai créé le soin contour des yeux, car je n’en trouvais pas des naturels et qui me conviennent. Alors j’ai créé le mien avec du son de riz et des bredes mafane. Le combo parfait pour lisser mes traits et redonner un peu d’éclat à mon regard.

Pour le gel douche exfoliant, je l’ai pensé pour une citadine. Un vrai 3 en 1 qui nettoie, adoucit et régénère la peau. Facile et rapide à utiliser sous la douche ! En fait, j’ai remarqué que dès qu’on parle de gommage, très peu de personnes pensent à en faire. On pense tout de suite au temps que ça va prendre, mais il faut vraiment nettoyer et exfolier sa peau !

Pour le soin visage, la formule pénètre rapidement. Je ne supporte pas ce qui reste à la surface de la peau et qui colle. Là, la crème hydrate durablement et jusqu’à la fin de la journée, tu n’as pas la peau qui tiraille !

COFFRET-COMPO.jpeg

Mon lait hydratant à la vanille est un grand succès, mais je me heurte au gros problème de la rareté de cette vanille de Madagascar. Celle-ci est mondialement connue, tout le monde la veut, mais à l’heure d’aujourd’hui, elle est difficile à trouver, voire menacée, car elle pousse dans des régions cycloniques. Pour moi c’était très important d’en avoir, mais un des derniers cyclones a détruit quatre-vingt pour cent du sol de cette région. La repousse est du coup difficile et prend du temps... Je dois trouver vite une solution pour rester fidèle à ma Terre et mettre cet ingrédient au cœur de ma formule !

Dans le Coffret Découverte il y a les cinq produits au format nomade. C’est un coffret que j’aime appeler « zéro déchet » car il se transforme et se réutilise en cadre avec des jolies illustrations de Geneviève Marot.

Il y a aussi deux marques-pages et quatre mémos à l’intérieur pour notamment apprendre à lire les listes d’ingrédients qui composent un produit cosmétique.

D’ailleurs, tous mes ingrédients sont écrits en gros et lisible sur le packaging. Je ne veux pas les cacher, bien au contraire !

 

As-tu des petits conseils à nous donner pour la peau ?

Pour une peau sèche et déshydratée, je conseille une chose : en plus de mettre de la crème sur notre visage par exemple, il est très important de boire beaucoup d’eau pour s’hydrater en complément. En plus, vous verrez votre pot de crème va durer beaucoup plus longtemps ;). Une de mes clientes boit deux litres d’eau par jour et le soin visage Madagas’Care, utilisé quotidiennement, lui dure cinq mois !

Quand un produit est périmé, ça ne sert à rien de l’utiliser pour son premier usage car il a perdu en efficacité. Mais on peut s’en servir pour plein d’autres choses ! Dans mon Coffret Découverte, justement, il y a les petits mémos à l’intérieur qui donnent plein d’idées…

Quels sont tes projets ? Vas-tu faire évoluer tes gammes ?

Là, je suis justement en levée de fonds et j’ouvre mon capital ! Je veux développer d’autres produits et rentrer dans une distribution plus soutenue, mais pas dans la grande distribution.

 

Un secret à partager avec nous ?

Il y en a quelques-uns dans mon coffret découverte ! Sinon, de toi à moi : je prône le zéro déchet mais j’avoue que je n’y suis pas encore arrivée à 100%! J’utilise encore une brosse à dent en plastique dans ma salle de bain… J’y vais petit à petit !! (rit)

Merci beaucoup Sandrine !


Mon petit mot à moi : je me lasse très rapidement des soins… Je n’aime pas passer du temps dans ma salle de bain et j’ai un vrai coup de foudre pour la crème de jour de Madagas’Care. Effectivement elle pénètre très rapidement dans la peau et c’est vrai, je sens son effet toute la journée.

Retrouvez ses produits sur notre eshop et profitez des frais de port offerts.

J’espère que cette nouvelle découverte vous a plu !

À bientôt

Giulia

sandrine lecointe tradisens madagas-care cosmetiques_01.jpg